« Nous façonnons notre avenir sur la base des connaissances tirées du passé. » Thomas Hobbes (1588- 1679)

PRÉSENTER ce qui existe déjà –
étape 4: présentation des effets sur les groupes cibles (outcome)

Dans le modèle d’impact, cette étape décrit les effets visés sur les groupes cibles (outcome). Sont considérés comme effets sur les groupes cibles, des attitudes, postures ou comportements directement observables qui ont été modifiés, ou qui peuvent être mesurés de manière indirecte.

  • Effets/réactions (par exemple attitudes, postures, comportements modifiés) chez les groupes cibles visés (enfants, jeunes, parents, autorités, organisations partenaires, grand public, etc.).
  • Les objectifs d’efficacité doivent être spécifiques et réalistes.

C’est sur le fait d’atteindre les effets visés chez les groupes cibles que l’animation socioculturelle enfance et jeunesse devrait être jugée. Les effets sur les groupes cibles devraient montrer si et dans quelle mesure l’animation socioculturelle enfance et jeunesse a atteint ses objectifs. C’est pourquoi les effets doivent être formulés de façon à être atteignables.

Les groupes cibles ne sont pas seulement les enfants et les jeunes, mais tous les groupes de personnes pour lesquels des prestations sont fournies. Cela peut tout aussi bien être les autorités, la population, les parents, les enseignant-e-s, etc.

Dans la présentation des outcomes il faut prêter attention à ce que chaque prestation débouche sur un effet. Une prestation peut également viser plusieurs effets, ou plusieurs prestations peuvent être associées à un même effet. Considérez également que les outcomes ont un lien avec les effets sur l’environnement élargi (impact). Un outcome est à chaque fois associé à un ou plusieurs impacts.

Si vous remplissez le modèle d’impact pour la future animation socioculturelle enfance et jeunesse, les critères de qualité peuvent vous donner des pistes pour la formulation d’objectifs adéquats en termes d’effets auprès des groupes cibles :

Critères de qualité pour la formulation de bons objectifs en termes d’effets sur les groupes cibles (outcome)

Groupes cibles « enfants » et « jeunes » :

  • Les enfants et les jeunes peuvent utiliser et développer leurs potentiels.
  • Amélioration des compétences sociales (empathie, sensibilité, capacités de communication et de contact, capacité à gérer des conflits et à travailler en équipe, esprit critique).
  • Amélioration de l'autonomie.
  • Augmentation des compétences personnelles (prendre la responsabilité de ses propres actions).
  • Expériences positives d’apprentissage et expériences positives à travers l’éducation informelle et non formelle.
  • Les enfants et les jeunes participent activement aux décisions qui les concernent et croient à l’efficacité de leur participation.
  • Les enfants et les jeunes perçoivent les animateurs-trices socioculturel-le-s enfance et jeunesse comme des personnes de confiance.
  • Amélioration des compétences spécialisées et méthodologiques (par exemple organisation, formes d’expression créatives, méthodologie de projet, etc.).

Groupe cible « organisations partenaires » :

  • L’animation socioculturelle enfance et jeunesse est perçue comme une organisation professionnelle.
  • Les organisations partenaires perçoivent les préoccupations des enfants et des jeunes et les intègrent dans leur travail.

Groupe cible « population dans la commune/région » :

  • La population considère les enfants et les jeunes comme membres à part entière de la commune/région.
  • Les préoccupations des enfants et des jeunes sont perçues et prises au sérieux.

Ces objectifs devraient être SMART lorsqu’il est prévu de les examiner par la suite avec une auto-évaluation ou une évaluation par des tiers.

Ci-après, les trois exemples (projet « culture des jeunes », centre d’animation pour les enfants et les jeunes, travail en réseau) de l’étape 3 (prestations) sont repris et les effets correspondants à ces prestations sont formulés : 

Effets sur les groupes cibles (exemples)

Projet « culture des jeunes » : Deux groupes d’enfants ou de jeunes réalisent un à deux projets culturels par année. Les enfants et les jeunes augmentent leur confiance en eux/elles et s’engagent désormais davantage aussi dans d’autres projets.

Centre d’animation pour les enfants et les jeunes : 10% de tous-tes les enfants et les jeunes du territoire en question se rendent régulièrement au centre d’animation. On retrouve au moins quatre groupes cibles différents dans les locaux. 5% de ceux/celles qui fréquentent le centre d’animation (école secondaire) prennent plus de responsabilités en s’engageant par exemple dans un groupe (pour la gestion d’un domaine, pour l’organisation d’un événement, etc.). Deux tiers de ces jeunes indiquent avoir appris comment on peut planifier et réaliser un événement..

Travail en réseau : Les événements ou projets sont de plus en plus réalisés en coopération avec plusieurs autres acteurs-trices.